Mon rôle, en tant que designer graphique, consiste alors à identifier ce “meilleur profil” et à le valoriser en poussant le plus loin possible ma capacité créative. Un concept de campagne à créer et décliner tout en respectant une identité en place, ou un exercice de style purement graphique donnant une identité propre au document, rien n’est établi. Chaque idée est unique car issue d’un contexte particulier, d’une demande singulière
Catalogues des papiers Canson
Édité par FORMAT éditions Courcoux, l’objet (le catalogue fait 190 pages et expose 3800 références) se doit d’abord d’être attractif, important, esthétique. Canson s’adresse aux esthètes, à des personnes qui utilisent le papier comme support de création. Il faut marquer les esprits par une tonalité, une idée nouvelle tous les ans, tout en respectant une “mécanique” en place”. 
Cette mécanique elle-même obéit à des règles proches de celles utilisées pour la recherche ergonomique.  À partir de nos conseils, Étienne Courcoux et moi-même, les gammes ont été réorganisées selon des grandes typologies d’utilisateurs. On a créé ainsi 4 “familles” : Beaux-arts, Loisirs, Scolaire puis Numérique & Technique. L’organisation se fait donc par usage (l’artiste sur le papier Arches par exemple) que par mode de fabrication ou nature de papier (papier à dessin, calques, cartons…) comme auparavant. 
Bien au delà de la forme générale du “contenant” catalogue, j’ai pu pousser très loin mon travail graphique en concevant un ouvrage organisé autour d’une grille de lecture complexe mais claire, de tableaux méticuleusement élaborés, de pages illustrées par des photos totalement dédiées (détermination des sujets et direction artistique, répartition iconographique, etc.). L'organisation du chantier a été en soi un challenge passionnant. Nous nous sommes réparti les tâches ainsi : Format, en relation avec le client collectait et organisait les infos avant de les transmettre, planifiait l'ensemble du travail, validait mon travail, corrigeait, faisait valider par Canson puis fabriquait. Pour ma part, j'ai participé à la conception, assuré la création graphique, supervisé les prises de vue, réalisé l'ensemble du montage à partir des données traitées et transmises par Format. J'ai pu ainsi pousser assez loin les possibilités de mon Mac et d'Indesign en jonglant avec les feuilles de styles imbriquées, les tags d'indexation et autres fonctions complexes.
Campagne “Time to Anticipate”.
Grenoble Ecole de Management a commencé à prendre conscience que son positionnement d’outsider, de “petite parmi les grandes écoles” commençait à s’essouffler. Son antériorité, sa taille et surtout son classement la hissait de plus en plus au niveau des plus grandes. Tout en cherchant à rester décalé”, j’ai réfléchi avec eux à un concept permettant de communiquer sur la capacité de projection de l’école vers l’avenir, d’ancrage dans le temps. J’ai eu l’idée de me servir de la science fiction, mais en créant un contre-pied puissant de vision à partir du passé. On appelle ça maintenant le “rétro-futurisme”. En utilisant les codes “vintage” de la SF américaine des années 30 à 50, j’ai créé un univers de postures exagérées, outrancières et “has been maîtrisées” en créant et en posant l’injonction “Time to anticipate” comme un titre de film rétro. J’ai usé et abusé de tous les codes du genre pour créer un univers inspiré des revues comme “Amazing Stories”, “Weird Science”, “Flash Gordon”, des premiers Blake and Mortimer et des films “Nanard” de Ed Wood dans les années 50, des bandes son à base de scies musicales ou d’humour décalé et rock’n roll des B52’s… 
Des costumes, coupes de cheveux aux postures, des cadrans du tableau de bord se rapprochant plus de la plomberie que de l’électricité, de la typographie “surdramatisante”, tout a été posé pour que “l’Ecole du management de la technologie et de l’innovation” se joue de sa propre image en contrepoint absolu de sa vocation. J’ai fait appel à Jérôme Guerry, un peintre, pour trouver avec lui le traitement graphique le plus approchant des affiches de cinéma des années 30 à 50. Avec lui, j’ai pu définir une “texture” graphique propre à cette campagne. Cette dernière s’est déclinée pendant deux ans sur tous les supports de communication de l’Ecole.
Communication corporate d’Insight Outside
J’accompagne cette agence événementielle dans sa communication depuis quelques temps. Insight Outside, c'est une équipe dynamique, proactive et innovante, super professionnelle et très organisée. L’idée pour moi consiste à faire passer image d’une mécanique bien rodée pour illustrer la “maîtrise de process” afin de mettre en scène le participant de l’événement. La mécanique, c’est le pivot autour duquel s’articulent toutes les compétences, toutes les énergies de la société, tant internes qu’externes pour que le participant “vive” l’événement au plus près. Le message est rationnel, très rationnel, même. Mais il est porté par un design tonique et en mouvement (asymétrie, déséquilibre contrôlé). 
Pour des questions de droit à l’image, et pour éviter de piocher dans les banques d’images des clichés stéréotypés, j’ai eu l’idée de faire organiser par Insight Outside un événement dans un studio photo, avec le consentement de tous les invités participants. Nous avons pu, avec deux photographes (Évelyne Garat et Arnaud Childéric), constituer ainsi une “photothèque événementielle” assez considérable et complètement dédiée, et surtout, ça a été l’occasion pour tout Insight outside et ses proches, de vraiment “vivre l’événement”. La mécanique graphique obtenue se décline de la brochure institutionnelle et produits au site Web, en passant par un système d’auto-édition de devis volumineux et complexes.
Campagnes de collecte de la taxe d'apprentissage de GEM
Pendant quelques années, chaque campagne de collecte de la taxe d’apprentissage de GEM a fait l’objet d’une campagne de communication spécifique. Chaque année, il a fallu défricher de nouveaux concepts à partir de la même matrice de base. C’est devenu une sorte d’exercice de style, un événement attendu. Objectif : valoriser le donateur en lui démontrant tout le bénéfice de son acte. Grâce à lui, Grenoble Ecole de Management réussit à… La contrainte et constante de communication : que le Dauphin (représentation de l’Ecole à l’époque) soit au départ, au centre de l’action. C’est lui qui engage l’action, qui porte le message. 
Pendant quelques années, j’ai conçu ces concepts, créé des images (moi-même pour le “végétal”, puis avec l’aide de Bertrand Maclet de 3Dplus pour la montre, la poulie et le violon). Ces relations texte-image forts qui ont permis dans un premier temps d’énoncer le message pour la collecte, pour ensuite se décliner pour la communication de toute l’école pour l’année en cours. J’ai réalisé des affiches, bandeaux Web, stands, animations Web, annonces presse, brochures générales pour décliner ces images.

You may also like

Haut de page