Qu’il le parcoure où qu’il le lise attentivement, il attend d’un journal une approche fonctionnelle. Mon travail consiste à mettre en place un univers répondant au mieux aux codes de chaque convention. De la têtière à la grille de lecture, en passant par les choix iconographiques, la gestion du rythme de lecture, tout doit  être fait pour transmettre l’information de manière fluide et agréable.
L'Esquisse
L’esquisse est un journal destiné et distribué aux professeurs d’arts plastiques dans les collèges. C’est un journal de prescription édité par Format et diffusé par Canson qui a pour but de proposer des contenus pédagogiques aux enseignants. Un journal trimestriel qui tire ses articles et son dossier de l’actualité culturelle nationale et internationale. Ce n’est en aucun cas un support de promotion pour les produits Canson. La société est visible, mais non communicante. Elle a ainsi pu asseoir son image et son positionnement auprès d’un public fortement prescripteur. Bénédicte Magne, du temps où elle était à Format, a animé et organisé tout le contenu éditorial. C'est elle qui rédigeait l'ensemble des articles.
J'ai assuré pour ma part tout le design graphique et la réalisation de l'ensemble des numéros. J’ai décidé que les éléments invariables de la grille de construction soient les plus restreints possible (grille de construction en trois colonnes “flottantes”, typographies de texte courant et système l’alternance d’aplats). Tout cela pour permettre la plus grande latitude créative possible. Les polices de titrage adaptées aux sujets traités, les variations de jeu de grille page par page, mais aussi et surtout un jeu d’adaptation de la têtière au sujet choisi m’on permis de créer un rythme particulier à chaque numéro, de chercher un angle inédit pour chaque sujet. Ce qui m’a facilité la tâche : chaque sujet, chaque dossier était passionnant et illustré par des images fabuleuses !
Le bulletin municipal de Proveysieux
Proveysieux est un tout petit village de 550 habitants, perché sur le balcon sud de Chartreuse au-dessus de Saint-Égrève. Les municipalités précédentes éditaient un bulletin, mais avec les moyens du bord et à parution très épisodique et irrégulière. Tout était tiré avec la photocopieuse de la mairie en noir et blanc, agrafé à la main et distribué directement dans les boîtes aux lettres. Il n’y avait aucune mise en forme particulière, si ce n’est l’utilisation d’un logo bricolé dans les années soixante-dix que l’on trouvait invariablement en couverture à côté du titre du journal “Le bulletin de la mairie de Proveysieux”.
La nouvelle équipe élue en mars a pris ses fonctions avec une idée bien arrêtée de gouvernance par une démocratie participative dynamique et transparente. Cet affichage ne pouvait s’accompagner que par la mise en place d’outils de communication performants et visibles. Je suis moi-même élu dans cette équipe occupant la fonction de 2e adjoint. À ce titre, je suis chargé de la communication. La mise en place d’un bulletin municipal à parution régulière, porteur d’informations sur la dynamique de notre politique, mais aussi servant de lien fort entre les habitants et la mairie a tout de suite été énoncée comme une nécessité par l’équipe. Cette mise en place a été un des premiers chantiers prioritaires dont j’ai eu la responsabilité et la charge. C’est donc partant littéralement de rien qu’il a fallu que je conçoive un outil qui reflète l’image et la dynamique du village administré par cette nouvelle équipe. Cet outil, il fallait qu’il rompe avec l’image de “belle endormie” de la commune, tout en obéissant aux contraintes budgétaires propres à une petite municipalité comme la nôtre.
Étant moi-même communiquant et graphiste, j’ai mis mes compétences et mon expérience au service de cette tâche. J’avais lors de la campagne des élections municipales déjà créé une image et un message qui se déclinaient sur des affiches et tracts. Ce message, “Tous Proveysieux”, est un raccourci sémantique signifiant notre volonté à tous de mener une politique transparente et d’y associer un maximum la population. C’est donc naturellement “Tous Proveysieux” qui se retrouve sur la têtière du journal, un peu comme la confirmation d’un rendez-vous pris avec les électeurs. Ce même message, on le retrouve aussi sur l’intranet que j’ai mis en place comme espace de travail partagé. Cet intranet est ouvert à tous les membres élus et non élus des 10 commissions participatives que nous avons créées.
J’ai construit toute la partie amont de la réalisation de ce bulletin, créé un comité de rédaction que j’anime depuis. Par le site Web contributif que j’ai par ailleurs mis en place, je collecte régulièrement des informations tirées des articles que les membres de l’équipe mettent régulièrement en ligne. En tant qu’élu, j’alimente moi-même le bulletin (étant en plus de la communication également en charge de l’agriculture, des forêts, du développement économique, de la transition écologique et siégeant à la commission “territoires en transition” de la Metro, j’amène ou anime un grand nombre de sujets). Je suis donc porteur du projet, animateur, rédacteur en chef, corédacteur, directeur artistique, metteur en page, photographe et éditeur de cette parution.
En même temps que j’ai conçu la trame éditoriale du journal ainsi que sa maquette, j’ai trouvé la possibilité de l’éditer par un imprimeur en ligne avec lequel j’ai mes habitudes. Le résultat, c’est un journal de 20 pages imprimé en quadrichromie sur un papier offset de luxe et distribué en 300 exemplaires à la date annoncée. Cette parution a été très bien accueillie par tous pour ces quatre premiers exemplaires.
Livret projet Tenerrdis
Chaque année, Tenerrdis édite sous forme de “livret projet” la synthèse de cinq projets aboutis. Ces documents sont traités comme des objets éditoriaux à part entière. L’objectif est d’avoir à terme une “collection” de petits livres compilant dans le temps les réussites du pôle. Le dispositif graphique est directement issu des codes générés par l’identité de Tenerrdis : les codes couleur des filières, choix typographiques et gestion de l’image de fond.
Génération Apprentis
Édité par Format et diffusé par le CFAI (Centre de Formation des Apprentis de l’Industrie) de Rhône Alpes, ce journal semestriel est distribué à tous les partenaires industriels et institutionnels concernés par l’apprentissage. En collaboration avec Bénédicte Magne de Format qui s'occupait de l'ensemble de la rédaction, mon travail a consisté à créer une maquette, une têtière, une grille de mise en page dédiée à ce journal. Une première maquette de 2006 à 2010, puis un renouvellement d’image en 2010. 
Pour chaque numéro ensuite, le premier défi a été de composer une couverture à partir du sujet traité en dossier. Trouver une image et la mettre en place de manière à valoriser au mieux chaque couverture, dans la continuité mais en renouvellement permanent. L’autre originalité de ce journal tient dans son caractère modulaire. Chaque exemplaire comprend 4 pages “région” communes, puis 4 pages intérieures pour chaque département. Chaque édition nécessite la  réalisation de 7 journaux de 8 pages (un par département), du montage de 32 pages en tout.
L'Info du Balcon
Avant d’être absorbée par la communauté d’agglomération Grenobloise (la Metro), la Communauté de Communes du Balcon Sud de Chartreuse regroupait cinq villages. À mi-chemin entre le rural montagnard et le néo-urbain, ce territoire sur lequel je vis était administré par une équipe bénévole issue des différents conseils municipaux des villages. En étroite collaboration avec la secrétaire et le Président de la communauté (Blanche Martin et Philippe Faucheux), j’ai accompagné cette équipe pendant quelques années en animant et réalisant ce journal semestriel. J’ai conçu la maquette, l’identité graphique du territoire, mais aussi le site Web ainsi que la signalétique des sentiers sur le Balcon.
Haut de page