Il faut alors décider, concevoir, proposer, réunir les talents, créer, dessiner, assembler, animer, trouver les meilleurs réponses techniques, rassurer, superviser, gérer puis enfin livrer… C’est à moi de “donner le La”, de définir le cahier des charges pour ensuite le respecter dans sa réalisation. De quoi donner le tournis, mais surtout, d’avoir le plaisir de donner naissance à un objet unique.
Observations sur les technologies agricoles
Ce livre est issu d'un travail collectif d'un groupe d'écriture réuni autour de l'Atelier paysan. Dans le prolongement du manifeste déjà paru “ Reprendre la terre aux machines”, il dresse un constat dur et cru sur les ravages de l'agromachinisme et de l'industrialisation dans le monde paysan.
Ce travail a été très particulier pour moi, car il s'est déroulé sur une période très courte, avec une échéance de livraison des livres imprimés à un peu plus d'un mois et demie entre la transmission des éléments et la livraison finale programmée lors d'un événement de présentation important. La richesse et la diversité des données fournies m'ont obligé à une stricte discipline dans le traitement graphique de chaque page en mettant en place une charte éditoriale couvrant la grille de lecture, les nombreux tableaux et graphes, la gestion iconographique, le traitement des encadrés et zooms, etc.
Le livre, une fois fini, fait 140 pages, très richement illustrées et comportant de nombreuses annexes, notes de renvoi et index. Grâce à la collaboration étroite et intense établie entre l'Atelier paysan et moi, il a été édité dans les temps et très chaleureusement accueilli par le public à qui il a été présenté.
Je m'appelle AFTAM, j'ai 50 ans
Stéphane Hessel a fondé cette association en 1962 dans le but de favoriser l’insertion des travailleurs migrants. C’est aujourd’hui une “grosse structure” disposant de plusieurs centres d’accueil dans toute la France, dont la vocation s’est élargie aux demandeurs d’asile, aux personnes en situation de rupture sociale, aux familles en détresse, aux exclus. Brigitte Sarazin et Bénédicte Magne travaillaient depuis quelques temps déjà pour l’AFTAM, à la collecte de témoignages en vue de créer un ouvrage pour commémorer les 50 ans de l’association. Elles m’ont sollicité et j’ai rejoint l’équipe. 
J’ai découvert une matière première très riche en humanité et en sensibilité. Des textes en cours de rédaction mais déjà bien orientés pour constituer un livre. J’ai aussi découvert une absence totale d’iconographie, puis compensé ce manque en créant un univers graphique chatoyant. Je suis parti sur  une idée de “strates toniques” pour figurer la compilation des âges que constitue un anniversaire. Ces strates forment une construction utilisant une gamme de couleurs très chaudes. Le but pour moi était de faire la démonstration que l’AFTAM, tout en ayant 50 ans, reste très juvénile, très active et tonique. Pour construire une iconographie d’accompagnement homogène, j’ai eu l’idée de demander à tous les interviewés de nous fournir des photos d’eux, quelle que soient la qualité ou la résolution, pour “croquer” au pinceau des séries de portraits. Le coté “maladroit” assumé de ces images participe à l’effet de fraicheur souhaité. Les personnes croquées se sont senties valorisées par ce traitement graphique et l’accueil qui a été fait au moment de la présentation au public du livre lors de l’événement des 50 ans a été extrêmement chaleureux. 
Nous avons aussi soigneusement sélectionné l’imprimeur qui nous permette de mener à bien une réalisation souhaitée qualitative (FOT à Mezieu près de Lyon). Le choix du papier (Fredigoni 330g offset en couverture, puis Condat Mat 150 g pour l’intérieur) a été minutieusement étudié. Au final, un livre album en dos carré-collé avec rabats très soyeux avec une belle continuité de couleurs entre l’offset de la couverture et le couché mat de l’intérieur. Le graphisme du livre a servi de base à l’habillage de la journée d’anniversaire qui s’est tenue aux Docks de Paris, à Saint Denis en présence d’environ 2000 personnes en février 2012. Le livre lui-même a été dévoilé à cette occasion. J’ai décliné ce look sur des cartons d’invitation, bannières, badges, menus, sacs et signalétiques.
Le guide de l'autoconstruction
Au départ, une masse de connaissances accumulées au fil des années par l’association Adabio Autoconstruction sur les outils pour le maraîchage biologique et la manière de les construire. La volonté ensuite, par les membres de cette association de rendre disponibles ces connaissances auprès des agriculteurs bio pour qu’ils se réapproprient leurs moyens de production. 
Je me suis tout d’abord confronté à une masse d’informations très volumineuse et hétérogène. Pas de photos, pas de discours rédigé, nombre de schémas techniques bruts issus de logiciels CAO. J’ai proposé une organisation éditoriale marquée, introduite d’abord par un discours, très politique (avec éditorial de Pierre Rabhi), puis une partie sur les méthodes, pour conclure ensuite sur la partie des tutoriels sous forme de plans de montage. À mon initiative, nous avons organisé une séance photo (3 photographes : 2 membres de l’association et moi-même) d’une journée en atelier pendant une cession de formation, puis j’ai travaillé l’ensemble des plans et schémas en les homogénéisant graphiquement au look décidé pour la maquette de l’ouvrage. Les échanges ont été constants, amicaux et intenses avec Fabrice Clerc et l’équipe d’Adabio jusqu’à éditer ce guide de 250 pages au format généreux de 31 x 21 cm. J’ai eu une approche sur le design assez radicale en composant un cahier à spirale géant constitué de “fiches”, dont certaines “déroulables” en double-pages, le tout assemblé en “boîte” enveloppé d’une couverture tournante. L’objet tout entier, assez volumineux,  est organisé de façon à rappeler son caractère “utilitaire”. Les choix graphiques d’utilisation d’images en pleine page, de blancs tournants amples contrastent volontairement avec cette approche utilitaire, conférant à cet ouvrage un caractère original et bien marqué, plus proche de “l’objet” que du livre.
Propos croisés
La Chambre de Commerce et d’Industrie de Grenoble avait fait réaliser une suite d’interviews par un journaliste auprès de différentes personnalités locales. Son président a eu l’idée de compiler ces interviews pour créer un ouvrage destiné à marquer les 150 ans de la CCI. J’ai été sollicité environ six mois avant la date d’échéance définie, à savoir la tenue de l’assemblée générale en juin 2014. Découvrant que les textes étaient, soit obsolètes (les personnes citées ayant changé de statut depuis leur interview), soit pas du tout rédigés en vue de construire un livre, j’ai proposé de tout remettre à plat en constituant une équipe avec Bénédicte Magne (rédactrice et éditrice - Atout' Mots). Nous avons alors façonné un ouvrage s’appuyant sur l’histoire de la CCI parsemée “d’interventions” des différents acteurs accompagnant l’institution. 
Construit en trois grandes parties hier, aujourd’hui et demain, le livre est parsemé de “haltes”, sortes de cairns sémantique constitués de propos croisés servant de repères tout au long de l’ouvrage. Nous sommes allés chercher l’information auprès des acteurs du moment (le nouveau Maire de Grenoble, le nouveau Président de la Metro, le président de la CCI Rhône-Alpes) en organisant les interviews, en collectant auprès des musées l’information historique et l’iconographie (totalement inexistante jusqu’alors), en prenant moi-même des photos sur des sujets contemporains à illustrer. En constituant un pool resserré avec Bernard Aubert, le directeur général de la CCI, nous avons défini, écrit et illustré l’ensemble de l’ouvrage de 120 pages. J’ai totalement organisé la production en aidant à la rédaction d’un appel d’offre dédié à ce livre, aidé au choix du prestataire, puis suivi jusqu’à la livraison sa fabrication. Propos croisés a été présenté lors d’une cérémonie publique pour commémorer les 150 ans de la CCI, en présence de nombreux responsables économiques et politiques le jour de l’AG, en date prévue.
Haut de page